Frontières et boîte de Petri
Par Catherine Painset | 

L’une des photos de David Agius, inspirées par la crise migratoire.

“L’étage de la Maison de la photo est consacré au Lens’Art Photographic, un concours créé dans le cadre du Salon des métiers d’art de Lens. « Tous les ans, nous proposons une thématique relativement large pour laisser le champ à la créativité  », précise Hervé Dorval, son fondateur. Pour cette cinquième édition, « Frontière[s] » s’est imposé, récompensant trois lauréats et quatre mentions spéciales selon des critères « d’originalité, d’authenticité, de technicité  ».

David Agius a décroché le premier prix avec ses clichés énigmatiques. Planète ? Iris ? Fond marin ? «  Non, boîte de Petri  », répond le jeune homme, engagé dans une thèse d’arts plastiques à la Sorbonne sur le thème du seuil.

La série «  Déterritorialisation  » est le résultat d’expérimentations inspirées par la crise des réfugiés : dans la fameuse boîte, David glisse une carte sur laquelle figure une frontière, installe des bactéries à la place des camps de migrants et enfin glisse des ressources (eau et nourriture). Puis laisse faire. Chaque image a été réalisée après le décès d’un ou plusieurs migrants à la frontière avec l’Angleterre. Beau et glaçant.” C. P.